Patrimoine religieux

Églises et chapelles

La commune de Taulé comprend deux paroisses : Taulé et Penzé.

Taulé est une paroisse de l’ancien diocèse de Léon maintenu lors du Concordat, dédiée à Saint-Pierre.

Penzé, ancienne seigneurie des Léon et des Rohan a vu sa chapelle érigée en église paroissiale le 14 juillet 1947. La chapelle Notre-Dame dépendait au XIIe siècle de l’abbaye Saint-Melaine de Rennes.


Paroisse de Taulé

Église Saint-Pierre

Église Saint Pierre de Taulé

En forme de croix, elle comprend une nef de cinq travées avec bas-côtés et, au droit de la dernière travée, deux chapelles en ailes formant faux transept : elle est terminée par une abside en hémicycle. Chaque travée du bas-côté est subdivisée en deux travées plus petites. Cet édifice date du XXe siècle.
Style néo-gothique, plans de Le Guerrannic, consacrée en 1904. Chevet en hémicycle et clocher du type « Kreisker ».

Mobilier :
Statues anciennes : Vierge mère, sainte Anne et la Vierge, saint Eloi, saint Sébastien, sainte aux mains jointes.
Gonfanon aux armes de France et de Pologne, offert à la paroisse par Haut et puissant messire Thomas Charles de Morant comte de Penzé, mestre de camp des dragons de la reine.

Ancienne église

Le Vieux clocher de Taulé

Seul vestige de l’ancienne église, le vieux clocher a été construit au début du XVIe siècle. Le clocher est constitué d’une épaisse tour carrée à triple contreforts, surmontée d’une balustrade et d’une flèche pyramidale. Accolée à la façade Sud, une tourelle cylindrique à toit pointu renferme un escalier de 72 marches. À la base de la porte du clocher, se trouvent deux petits ossuaires d’attache à quatre baies. Il est attribué à Joseph Beaumanoir ou à son fils, Etienne, et classé « vieux Beaumanoir ». Style Renaissance.

En 1694, le clocher constitua le premier maillon d’une chaîne de postes de guet dont l’autre extrémité était Brest. Craignant que les anglais n’attaquent cette ville, Vauban pensait que les points les plus propices à un débarquement, étaient Camaret et Carantec. Il fortifia Camaret et créa le poste de surveillance de Taulé. Les signaux optiques (fumées, feux) et acoustiques (coups de fusil) étaient transmis de clocher en clocher jusqu’à Brest.

Classé Monument Historique en 1914.

Chapelle Sainte-Anne

À Trévengat. En ruines depuis 1945 et démolie en 1956 ; c’était un petit édifice rectangulaire sans caractère.

Chapelle Saint-Michel

Au Vieux-Chastel. Édifice rectangulaire avec chevet à trois pans reconstruit vers 1870.

Mobilier :
Statues anciennes : saint Michel et sainte Barbe, et, parmi les récentes : saint Yves.

Chapelle Saint-Herbot

Édifice rectangulaire sans clocher datant du milieu du XVIIIe siècle. Elle servit de chapelle pour les pestiférés.

Mobilier :
Statues anciennes : Crucifix, saint Herbot, saint Avertin. Parmi les récentes : Saint Herbot et Sainte Anne.

 

Chapelle de la Madeleine

Détruite. Mentionnée dès 1128, elle était également dédiée à saint Maudet. Elle est dite parfois chapelle de Brénigant.

L’ancienne croix a été transportée au manoir de Lan Penhoat. Elle porte sur son socle : « MATHURIN PLEDRAN FIT FAIRE 1645 ».

 

Chapelle Saint-Laurent

En ruines, au manoir de Kerendoret.

 

Chapelle de Guic-Taulé

Disparue depuis le XVIIIe siècle. C’était sans doute la primitive église paroissiale.

Parmi les lieux dits : Saint Julien, Saint Lucas.


Paroisse de Penzé

Église Notre-Dame de Penzé

Érigée en paroisse le 14 juillet 1947. Édifice rectangulaire reconstruit en 1789 (date portée sur la façade). Il s’y tenait autrefois d’importantes foires. Il a été agrandi par le Nord sur les plans de M. Heuzé au XXe siècle. Clocher-mur à deux baies surmontées d’un clocheton.

Mobilier :
Retable à tourelles du XVIIe siècle avec tableau de l’Assomption ;
Statue gothique, bois polychrome, de la Vierge-mère assise, dite Notre-Dame de Penzé.
Deux cloches, l’une de l’an II (1794), l’autre plus ancienne (XVe ?)
Près de la fontaine, chapelle de dévotion.


Croix et calvaires de Taulé

Autrefois, les calvaires étaient nombreux, tout au long des routes, souvent aux croisées des chemins. Ils avaient été érigés pour commémorer un évènement, parfois heureux, parfois malheureux, ou tout simplement à la suite d’un vœu. Chacun s’employait alors à les fleurir.

Aujourd’hui, beaucoup ont disparu. Dans la campagne de Taulé, il en existe une dizaine. Certains sont l’œuvre de véritables artistes dont le nom s’est perdu, d’autres sont plus modestes. Mais tous méritent notre attention car ils font partie de notre précieux patrimoine.

Briac

+ g. k. 2,80 m. 1889. Degré : 1889. Socle à griffes : PATER AVE 40 JOURS D’INDULGENCES. Croix unie, section Ronde. (2958**)

Kerangomar, Ty-Croaz

g. k. 4,50 m. XVe s. Trois degrés, corniche. Socle cubique. Fût à pans, griffes. Croix, base tronconique, section octogonale, crucifix, les pieds en rotation externe, titulus, Vierge à l’Enfant couronnée par un ange. (2959**)

 

Lanc’hoat

+ g. 3,50 m. XVe s., 1675. Degré. Socle circulaire, pans : LAN MATURIN PLEDRAN 1675 MA FAICT. Grande croix monolithe, section octogonale d’un autre granite que le socle. (2960**)

 

Penzé, cimetière

g. 4,80 m. 1959. Trois degrés. Socle daté. Fût hexagonal, nœud. Croix à bras fins. (2961**)

 

Porsland

g. 3,50 m. 1554. Trois degrés de schiste. Socle à griffes. Croix monolithe, pans, écots, crucifix, Vierge à l’Enfant : 1554. (2962**)

Le calvaire de Porsland, l’un des plus anciens sur la commune de Taulé, domine majestueusement la vallée de Coatanlzac’h.
Situé au bord de la route entre Porsland et Pors ar Guillou, avec pour toile de fond, un charmant petit bosquet, il incite le passant à s’arrêter et à se recueillir.
Érigé en 1554, il est constitué d’une croix monolithique en granite, portée par un socle à griffes, également en granite. L’ensemble repose sur une base circulaire à trois degrés construite en schiste.
La croix présente un crucifix avec, au dos, une vierge à l’enfant; le fût est à pans et porte la date 1554. Le monument un peu érodé a subi les outrages du temps.

Taulé, église

g. k. 4,50 m. XVe s. Trois degrés, corniche. Socle cubique. Fût à pans. Croix, base tronconique, fleurons feuillagés, crucifix, dais, Vierge à l’Enfant. (2963**)

Taulé, cimetière

g. k. 5,50 m. 1908, par Donnart, de Landerneau. Trois degrés. Socle cubique : MISSION DE 1908. Fût rond, écots, chapiteau. Croix, fleurons, crucifix. (2964**)

 

Taulé S-E + Bel-Air

g. k. 1954. Trois degrés. Socle : CINQUANTENAIRE DE L’EGLISE. CENTENAIRE DE L’ECOLE LIBRE CURE H. LERAN VIC. GOARZIN. Fût, chapiteau. Croix, branches pointues, crucifix. (2965**)

 

Vergoz S-E, Croix-de-Mézarun

g. k. 1903, par Cavan, de Plougonven. Deux degrés. Socle : 0 CRUX AVE, 26 JET, dans un cartouche à feuillages : J.-M. QUERE M. Y. CAER 1903. 40 DEVEZ-INDJ. DA GEMENT HINI A LAVARO EUN AVE MARIA DIRAG AR GROAZ. Fût à pans, chapiteau. Croix fleuronnée, crucifix. (2966**)

 

Chapelle Saint Herbot

Croix unie monolithe à tronc légèrement conique, section ronde, érigée près de la Chapelle St Hernot (Ht. 2,80 m.) Provenance Lampaul-Plouarzel acquise au nom de la Paroisse par M. l’Abbé Jean FEAT , Curé de TAULÉ , grâce à l’Abbé Y.P. CASTEL, bénite par Mgr René KERAUTRET, ancien Evêque d’Angoulême ; le 14 août 1988.

 

 

** Extrait de « Atlas des Croix et Calvaires du Finistère » Yves Pascal CASTEL, 1980

 

 

Association St Herbot

 

Logo de la fondation du patrimoine

Fondation du patrimoine
153 bis Avenue Charles de Gaulle
92200 Neuilly Sur Seine
Tel : 01 70 48 48 00

https://www.fondation-patrimoine.org/

 

 

 

Société Archéologique du Finistère
8c rue des Douves
BP 81156
29101 Quimper
02 98 95 08 21 (du lundi au jeudi de 14h à 17h)
E-mail: soc.archeo.finistere@orange.fr